1- Comment dois-je stocker mes granulés ?

Une condition essentielle à la bonne tenue de votre granulé, le stocker à l’abri de l’humidité.

Pour le stockage des sacs : les sacs de granulés sont microporeux, l’air passe au travers. Ne jamais stocker des sacs de granulés directement au sol mais sur une palette de bois. Pensez également à vérifier l’hygrométrie de la pièce qui réceptionnera le granulé. Le taux d'humidité recommandé se situe entre 45 et 60%.

Pour le stockage en silo vous pouvez consultez les fiches techniques suivantes :

Source : www.propellet.fr

2- Le granulé a-t-il une odeur spécifique ?

Les arbres contiennent des huiles, des substances aromatiques ou des résines. De ce fait, ils sont odorants par nature. Ces odeurs sont les plus vives lorsque le bois vient d’être scié. Les sciures nécessaires à la production de granulés doivent être utilisées rapidement pour éviter un début de fermentation, ce qui pourrait amener une odeur désagréable ainsi qu'une couleur plus sombre au granulé.

3- Est-ce grave si j’ai de la poussière dans mes sacs ?

La poussière ou taux de fines dans un sac ne correspond pas systématiquement à du mauvais granulé. La tolérance de la norme et des organismes de certification est de 0.5% en masse de fine à la sortie d’usine dans un sac, c’est-à-dire 75 g de fines pour un sac de 15 kg de granulés.

Le granulé est le résultat d’une compression de la sciure de bois et à ce titre de la poussière de bois est présente. 

Si un taux trop élevé de fines est présent dans les sacs, l’origine peut être multiple :

  • le granulé est peu résistant aux chocs et lors de sa manutention, il va casser et engendrer de la poussière
  • le granulé est très humide et il se désagrège
  • le granulé a été maltraité lors de son parcours de livraison

4- Si j’ai de la poussière dans un sac, cela veut-il dire que mes granulés sont de mauvaise qualité ?

Comme indiqué à la question précédente, les granulés ne sont pas forcément de mauvaise qualité si de la poussière est présente dans un sac.

Le taux de poussière permet de dire si le granulé a été assez résistant entre sa production et sa livraison mais peut avoir pour origine une manutention trop rude dans le parcours de distribution.

5- Pourquoi existe-il des différences de couleur ?

La couleur du granulé résulte pour l'essentiel de l'essence de bois utilisée et du mode de séchage de la sciure*. Les essences résineuses produisent un granulé clair au contraire des essences de feuillus qui rendent le granulé plus sombre.

* Le séchage de la sciure à basse température (autour de 80°c) n'entraine pas une première combustion du bois et laisse toute sa pureté au granulé. Ce mode de séchage est possible quand la production de granulés est connectée avec une production d'électricité. Elle permet de conserver la couleur claire du granulé au contraire du séchage dans des appareils standards vers 400-500°c.

6- La qualité/la performance des granulés sont-ils tous équivalents ?

De manière simple, la performance d’un granulé est souvent associée à son pouvoir calorifique qui correspond à la chaleur qu’il dégage pendant la combustion. 

Deux mesures de pouvoir calorifique existent :

  • Pouvoir calorifique supérieur (PCS): la chaleur totale dégagée par le granulé et qui n’est pas totalement utilisée par l’appareil de combustion.
  • Pouvoir calorifique inférieur (PCI) : la chaleur dégagée et utilisée par l’appareil de combustion, c’est-à-dire le pouvoir calorifique de référence. Le PCI varie en fonction du taux d’humidité et du type d’essence du combustible. 

Ramener à un état sec ou avec une humidité inférieure à 10%, les résineux ont un PCI supérieur à celui des feuillus.

Source : http://www.thermexcel.com/french/energie/chauffage%20chaudiere%20bois.html


De ce fait, en fonction de la nature même de l’essence de bois et la proportion d’essences dans la composition du granulé, la qualité de combustion ne sera pas la même.

Source : www.propellet.fr

7- Pourquoi un poêle plutôt qu’une chaudière ? Quelle puissance pour quelle surface ?

Source : www.propellet.fr

8- Quelles sont les aides pour l’achat d’un appareil de chauffage aux granulés ?

Un certain nombre d’aides ont été mises en place : ces aides pouvant évoluer rapidement dans le temps, pensez à consulter régulièrement un Point Rénovation Info Service = PRIS  (www.renovation-info-service-gouv.fr ou 0810 140 240). Un PRIS par département existe.

Par ailleurs, des mesures incitatives existent dans le cadre des nouveaux projets de loi sur la transition énergétique pour l’acquisition d’un poêle ou d’une chaudière à granulé bois :

9- Pourquoi le granulé encrasse-t-il mon poêle ?

Vous pouvez souvent entendre que « les  mauvais granulés font du mâchefer ! ».  Ce n’est pas aussi simple et radical.  La présence de croûte ou d’un taux de cendres plus important dans son poêle ou sa chaudière sont toujours liés à un problème survenu lors du  processus de  combustion qui est complexe et ne dépend pas uniquement du granulé.

Tous les granulés n’ont pas le même pouvoir calorifique. En fonction des réglages standards des poêles ou chaudières, vous pourrez même obtenir une mauvaise combustion  en  utilisant un granulé à haut pouvoir calorifique c’est-à-dire de bonne qualité.

Il faudra alors voir si votre appareil le permet :

  • soit augmenter votre tirage (puissance de ventilation)
  • soit  diminuer l’apport pellets du poêle (moins de pellets pour un même temps de combustion) : fréquence et quantité.
  • vérifier que les trous du creuset ne sont pas obstrués : l’apport d’air est ainsi diminué et les propriétés de combustion fortement modifiées conduisant à de mauvais rendements.
  • éventuellement  changer de pellets.
  • De plus,  si le tirage de votre appareil de chauffage est insuffisant, la combustion peut s’avérer mauvaise par manque de comburant. La vitre peut devenir très sale, des croûtes dures de cendres et un encrassement abondant peuvent se former.
  • La présence de suie sur la vitre peut aussi correspondre à une combustion bonne mais pas tout à fait complète.
  • Il ne faut donc pas  systématiquement conclure qu’un encrassement = un bon ou un mauvais granulé.

10- Qu’est-ce que le mâchefer ?

Vous trouverez ci-dessous  un petit récapitulatif des termes utilisés pour désigner les résidus issus de la combustion des pellets. A l’origine, le “mâchefer” désignait les cendres solides de charbon qui étaient épandues sur la chaussée l’hiver (et qui “mâchait” les fers de chevaux). Ce terme est en rapport avec le charbon et est utilisé à tort dans le vocabulaire courant du granulé. Il faut donc plutôt parler de cendres : résidus incombustibles du bois (minéraux principalement).

Il peut également y avoir des résidus combustibles qui n’ont pas brûlés :

La suie: combustion bonne mais pas tout à fait complète.

Croûte floconneuse: croûteuse ou granulée s´enlève assez bien.

Croûte durcie ou vitrifiée: résultat d’une très mauvaise combustion.

Economique
Performant
Ecologique
Origine locale